Allez les celtes !

La culture celte fait partie inhérente de l’Europe. L’Eurovision en a été le reflet.

« Secret Garden » (Nocturne, Norvège) et « The Voice » (Eimear Quinn, Irlande) ouvrirent la voie à la musique celte respectivement en 1995 et 1996 surfant sur la mode celtique des années 90. Même la France s’y est mise, mais Dan Ar Braz et sa formation  » L’héritage des Celtes » ne rencontra pas le même succès que la concurrente Irlandaise cette année là. En 1996, « Diwanit bugale » (« Que naissent les enfants »), unique chanson en breton de l’histoire du Concours, du se contenter de la 19e place sur 23.

Urban Trad sur scène en 2003 avec la chanson « Sanomi » fût un coup de cœur pour beaucoup grâce à une chanson très belle à écouter et interprétée dans une langue inventée pour l’occasion ! Le groupe, bien que dépassé par le mouvement orientalisme avec Sertab Erener vainqueur cette année-là, honora la Belgique par une glorieuse deuxième place (165 points), un résultat jamais égalé.

D’autres héritières de la culture celte firent leur apparition, comme en 2006 avec Christine Guldbrandsen interprétant « Alvedansen » (Norvège), ou Pernilla Karlsson en 2012 interprétant « När Jag blundar » (Finlande), qui invitèrent la musique celtique à être remarquée et appréciée sur la scène de l’Eurovision.

En 2016, Nina Kraljić, représentante de la Croatie, interpréta « Lighthouse » telle une reine blanche du monde celte ! :  » Même si la nuit est sombre, une lumière guide mon chemin et me garde quand l’océan rage, je trouverai en toi mon phare de lumière !  » Une chanson pleine d’espoir !

Nous gardons nous-aussi bon espoir que la lumière brillera encore sur de fabuleux artistes fiers de leur héritage celte en 2019, 2020, et au delà !

Publié par Romain

Suis avec constance l’Eurovision
depuis 2003 du côté de Lyon

Soutenez la radio

Don Paypal

A LIRE AUSSI