Dans le rétro : Michèle Arnaud

Je dois avouer que je n’ai jamais été fan de « Refrain » de Lys Assia la gagnante de la 1ere édition du Concours en 1956. J’ai une passion très prononcée pour les chansons sarcastiques, les textes teintés d’insolence, saupoudrés d’un peu de culot, qui sont piquantes. C’est pourquoi j’ai toujours aimé Serge Gainsbourg.

Pour ce 1er Concours Eurovision, la chanteuse française Michèle Arnaud a d’abord interprété “Les amants de minuit” une chanson plutôt jolie mais vite oubliée. C’était la première des deux candidatures luxembourgeoises au concours puisque pour cette première édition, chacun des 7 pays participants pouvait présenter 2 chansons.
Sa deuxième chanson était le cinglant “Ne Crois pas”. A une époque où peu osait s’aventurer sur le sujet de l’égalité entre les femmes et les hommes !
Contrairement à la plupart des autres participations de ce concours, la chanson était rythmée.
Dans ce titre, Michèle expliquent à un ami (ou à un amant) qu’il a l’air bien en ce moment, une bonne apparence due à sa jeunesse mais que… comme pour le reste de l’humanité, il va perdre ses cheveux, prendre du poids et peut-être aussi perdre ses dents.

Ce titre chanté avec beaucoup de malice est un délicieux sarcasme adressé à tous les narcissiques qui se reposent trop sur leur apparence, oubliant qu’eux aussi vieilliront et que leur jeunesse triomphante deviendra obsolète.
Force est de constater que, soixante-cinq ans plus tard, ce message d’à peine deux minutes est toujours et plus que jamais d’actualité, dans une société qui tend à rendre les femmes invisibles dès qu’elles dépassent un certain âge.

Redécouvrez la chanson de Michèle Arnaud pour le Luxembourg en 1956

 

Publié par Alan Tubery

Modérateur de Eurovision Travellers depuis le 13 mai 2018